• Facebook
  • Twitter
  • Google +

La tache suspecte

La tache suspecte - Clara Perez

Sur mon divan, j’ai repéré une tache, qui n’était pas présente le jour précédent. J’en étais sûre, car j’avais passé l’aspirateur, et j’avais même soulevé tous les coussins, je les avais tapés et remis en place. L’auréole sombre semblait être du café. J’avais pu en faire tomber à mon déjeuner. Je pris un détachant et j’ai aspergé la tache brunâtre. Un temps de pause de vingt minutes était recommandé. Pendant que le produit agissait, j’ai vidé mon placard de cuisine, car je ne retrouvais plus un ingrédient essentiel à la recette que je voulais cuisiner le soir même. En ouvrant un bocal, j’ai enfin trouvé la poudre à lever. Je ne pouvais pas m’en passer, car le gâteau moelleux au chocolat n’a pas la même texture, sans elle. L’heure d’ôter le détachant était passée depuis une bonne dizaine de minutes. J’ai donc enlevé avec un chiffon propre, en coton, la mousse blanche.

La précédente marque avait disparu, un halo mouillé subsistait. J’espérais qu’il disparaîtrait avant l’arrivée de mes invités. J’ai hésité entre deux solutions : le cacher ou le laisser sécher à l’air libre. J’ai opté pour la seconde. Une alarme sonna sur mon téléphone, que j’avais programmé pour me souvenir que je devais me rendre à mon Traitement des rides Montréal le lendemain, vers quatorze heures. Ensuite, je me suis activée en cuisine pour préparer le repas. J’avais fixé l’heure d’arrivée de mes invités à dix-neuf heures. Je savais que Mireille devait travailler le matin suivant. Elle pouvait profiter de la soirée, ne pas rentrer trop tard chez elle, tandis que les autres pouvaient rester autant qu’ils le voudraient.

Une fois que j’eus mis en place la table, que le rôti a été cuit, les légumes et le riz prêts à être dégustés, il ne me restait plus qu’à me préparer. J’ai pris rapidement ma douche, j’ai mis un trait d’eye-liner et un peu de rouge à lèvres, comme maquillage. Un peu de parfum, une coiffure simple, en moins de vingt minutes, j’avais réussi à me préparer. J’ai bondi vers le sofa pour voir si la trace laissée par le produit avait disparu. C’était un vrai miracle, elle n’y était plus. Je n’avais plus qu’à sortir les bouchées pour l’apéritif. Je les avais à peine posées sur le plan de travail de la cuisine, que Jules et Loïc sonnèrent pour que je leur ouvre la porte de l’entrée de mon immeuble.

 

The author:

author

Je suis une femme qui adore relever des défis, et nourrir ce blog, en est tout un ! Alors je vais tenter de ne pas vous gaver, mais bien de vous surprendre en saveur et arôme délicat. Je vous promets aucun sujet réchauffé, ni trop lourd, mais bien savoureux. Et oui, j’adore la nourriture en passant …